Les sources radioactives sont utilisées de façon sécuritaire au Canada, et ce, dans l'intérêt de tous les Canadiens

Les appareils à rayonnement qui contiennent du césium 137 et du cobalt 60 sont des technologies éprouvées utilisées partout dans le monde pour traiter le cancer, stériliser les instruments médicaux et irradier les produits sanguins pour le traitement des patients. Près de 100 hôpitaux, banques de sang et universités du pays s'en servent.

On peut se procurer ces appareils auprès de fournisseurs du monde entier. Par exemple, il y a 94 appareils contenant du césium 137 au Canada et plusieurs milliers aux États-Unis. La plupart des pays les utilisent à des fins médicales.

La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) réglemente l'utilisation, la possession et le stockage de toutes les substances nucléaires au Canada, y compris les appareils au césium 137 et au cobalt 60, aussi appelés « sources scellées ».

Au Canada, ces appareils sont utilisés de façon sécuritaire. La CCSN réglemente leur utilisation et s'assure qu'ils ne servent qu'aux services essentiels et dans les installations sécurisées.

Les exigences réglementaires de la CCSN liées à la sûreté et à la sécurité des sources radioactives ont été renforcées ces dernières années. Tout appareil contenant du césium et ne respectant pas l'ensemble de ces exigences a été éliminé de façon sécuritaire. La CCSN a également renforcé les exigences de sécurité applicables à tous les appareils nucléaires et est satisfaite des mesures prises par les titulaires de permis pour garantir la sécurité et le fonctionnement sécuritaire de ces appareils.

Grâce à son régime rigoureux d'autorisation et de vérification de la conformité, la CCSN s'assure que toute personne qui utilise, possède ou stocke des substances nucléaires et des appareils à rayonnement possède un permis et a en place des dispositions de sûreté et de sécurité correspondant aux risques associés à la substance ou à l'appareil. La CCSN fonde ses décisions sur les pratiques exemplaires et les lignes directrices internationales en matière de réglementation. De plus, elle inspecte les sites qui possèdent ce type d'appareils pour s'assurer que les dispositions de sécurité requises sont en place. La CCSN connaît en tout temps le nombre de sources utilisées au Canada et leur emplacement.

La CCSN est au fait des recommandations visant à renforcer la sûreté et la sécurité des sources radioactives et à réduire davantage le risque possible d'utilisation malveillante. Les technologies de remplacement des sources radioactives, qui peuvent représenter une approche possible, font l'objet d'études à l'échelle internationale. Le Code de conduite sur la sûreté et la sécurité des sources radioactives (en anglais seulement), publié en 2004 par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), caractérise toutes les sources scellées en fonction d'un profil du risque accepté partout dans le monde. Le Code de conduite oblige tous les pays signataires à prendre certaines mesures de sécurité pour protéger les personnes et l'environnement contre les effets liés à l'utilisation de ces sources. Il exige notamment qu'un système de suivi soit mis en place pour surveiller le mouvement des sources scellées à risque élevé, telles que définies dans ce code.

Le Canada a été l'un des premiers pays à signer le Code de conduite sur la sûreté et la sécurité des sources radioactives et le premier pays du G8 à respecter entièrement cette exigence. En janvier 2006, la CCSN a mis en œuvre un système de suivi des sources scellées, dans le cadre du Registre national des sources scellées, pour déterminer où se trouvent toutes les sources scellées à risque élevé et qui les possèdent. Le personnel de la CCSN connaît ainsi le nombre, l'emplacement et la date de transfert de ces sources au Canada.