Chalmers J. MacKenzie (1948–1961)

Vétéran de la Première Guerre mondiale et détenteur du plus long mandat comme président de la CCSN


Chalmers Mackenzie à l'Université de Regina

lmers Jack Mackenzie nait à St. Stephen, au Nouveau-Brunswick, le 10 juillet 1888. Il est le plus jeune des six enfants d'un maître maçon et constructeur. M. Mackenzie se taille une place parmi les meilleurs de ses pairs à l'Université Dalhousie alors qu'il étudie en ingénierie. En 1909, il obtient un diplôme en génie civil de cette université.

Après avoir obtenu son baccalauréat, M. Mackenzie est invité à mettre au point un programme d'ingénierie à l'Université de la Saskatchewan. Il consacre quelques années à ce programme, mais peu de temps après avoir assumé ses fonctions de professeur de génie, il quitte son poste pour poursuivre ses études à l'Université Harvard. Il y obtient en un temps record une maîtrise en génie civil, puis revient enseigner à l'Université de la Saskatchewan.


Chalmers Mackenzie, ancien président du CNR du Canada

En 1916, M. Mackenzie s'enrôle dans l'armée à l'occasion de la Première guerre mondiale. Il sert au sein du Corps expéditionnaire canadien en France jusqu'à la fin de la guerre, s'élève au rang de capitaine et reçoit la Croix militaire. à la fin de la guerre, M. Mackenzie retourne à l'Université de la Saskatchewan à titre de doyen de l'ingénierie.

Après avoir travaillé à l'Université de la Saskatchewan, il est nommé au conseil d'administration du Conseil national de recherches du Canada (CNRC). Sous l'égide du général Andrew McNaughton, il participe activement aux projets et délibérations du CNRC. Il assume ses fonctions si efficacement que, lorsque M. McNaughton accepte le poste de commandant du Corps expéditionnaire canadien, il est nommé président intérimaire. Il transforme le CNRC et en explore le potentiel, apportant une contribution considérable à l'effort de guerre sur le plan des sciences et technologies.


Correspondance publiée entre les anciens présidents de la CCSN, Andrew McNaughton et Chalmers Mackenzie

Étant donné sa grand efficacité durant son mandat de président du CNRC, M. Mackenzie est nommé président d'Énergie atomique du Canada Limitée (EACL), alors une toute nouvelle société d'État. Durant deux ans, il est félicité pour sa capacité à gérer l'orientation d'EACL, puis est invité à prendre la barre de la Commission de contrôle de l'énergie atomique (la CCEA, prédécesseur de la Commission canadienne de sûreté nucléaire [CCSN]). Il occupe le poste de président de la CCEA durant 13 ans, ce qui fait de lui le président ayant rempli le plus long mandat dans l'histoire de la CCSN et de la CCEA.

Dans le cadre de sa contribution aux milieux scientifique, universitaire, nucléaire et militaire, M. Mackenzie reçoit un éventail d'attestations de mérite. Il est nommé membre de la Société royale du Canada (1941) et de la Royal Society of London (1946 – en anglais seulement). Il est titulaire de grades honorifiques de l'Université de la Colombie-Britannique, de l'Université de la Saskatchewan, de l'Université de Western Ontario, de l'Université Queen's, de l'Université McMaster et de l'Université du Nouveau-Brunswick. Il reçoit également la médaille Kelvin de l'Institute of Civil Engineers (1953 – en anglais seulement), la Medal for Merit des États-Unis (1947 – en anglais seulement) et le prix de la Banque Royale (1968), et il est nommé compagnon de l'Ordre de St-Michel et St-Georges (1943 – en anglais seulement) et compagnon de l'Ordre du Canada (1967).

Chalmers Mackenzie reçoit un grade honoraire
Chalmers Mackenzie reçoit un grade honoraire de l'Université de la Colombie Britannique

Chalmers Mackenzie a joué un rôle déterminant dans l'histoire de notre organisation et celle du Canada. Andrew McNaughton et lui sont les deux vétérans canadiens ayant également présidé notre institution. Lors du Jour du souvenir (en anglais seulement), lorsque vous vous remémorerez ceux qui ont risqué leur vie pour défendre notre grand pays, n'oubliez pas nos vétérans.

Dernière mise à jour :