Incidence sur la sûreté du dépassement des limites de charge de travail nominales des voûtes de linac

Résumé de la présentation technique au :
64e Rencontre scientifique annuelle de l’Organisation canadienne des physiciens médicaux (OCPM) de 2018
Du 12 au 15 septembre 2018

Préparé par :
Yani Picard et Jeff Sandeman
Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN)

Résumé

But

Déterminer si le dépassement des limites de charge de travail nominales pourrait entraîner une hausse appréciable, sur le plan de la sûreté, de l’exposition au rayonnement des travailleurs et du public à proximité des voûtes de linac dans les centres de radiothérapie.

Méthode

Dans leurs rapports annuels de conformité (RAC), les titulaires de permis doivent fournir à la CCSN des renseignements sur les charges de travail des accélérateurs. Au cours des dernières années, lors de l’étude de ces rapports, le personnel de la CCSN a observé une tendance à la hausse des charges de travail annuelles qui parfois dépassent même la limite de charge de travail nominale de la voûte. Dans de tels cas, on doit évaluer si cette hausse pourrait entraîner ou non une hausse considérable de l’exposition du personnel de l’installation ou du public au rayonnement.

Nous avons étudié les charges de travail annuelles dépassant les hypothèses sur les limites de charge de travail nominales. Lorsque les Rapports annuels de conformité déclaraient des charges de travail à différentes énergies de faisceaux de photons du linac, nous avons simplement calculé la charge de travail annuelle en additionnant les charges. Nous avons évalué la radioexposition des travailleurs et du public à proximité des voûtes en fonction de la conception de la voûte présentée par le titulaire de permis durant la phase de mise en service, conformément au formalisme d’estimation des doses du rapport no 151 du NCRPM et selon des hypothèses prudentes.

Résultats

Dans le passé, on établissait habituellement les limites de charge de travail nominales en fonction de l’énergie de faisceaux de photons la plus élevée du linac. Lorsque l’on prenait en compte la radiothérapie à modulation d’intensité (RTMI), on présumait généralement qu’elle était réalisée au moyen de l’énergie de faisceaux la plus élevée et que le linac était utilisé sans filtre égalisateur (mode FFF), le cas échéant. De plus, on établissait normalement les limites de charge de travail nominales suivant le principe ALARA, limitant les doses reçues par les travailleurs à moins de 1 mSv par année et les doses reçues par le public à moins de 50 µSv par année.

Nous avons déterminé lors de l’examen que les hausses de la charge de travail visent en général des énergies de faisceaux plus faibles, utilisées de concert avec les techniques de RTMI, le mode FFF ou une combinaison des deux. Par conséquent, nous notons qu’une augmentation marginale de la charge de travail au-dessus de la limite nominale a généralement une incidence négligeable sur l’exposition des travailleurs et du public au rayonnement à proximité des voûtes du linac dans les centres de radiothérapie. Dans certaines circonstances, nous avons noté des hausses de doses, lesquelles devraient faire l’objet d’une évaluation rigoureuse.

Conclusion

Antérieurement, lors de la construction d’une nouvelle voûte ou de l’installation d’un nouveau linac dans une voûte existante, on fondait généralement la charge de travail de référence sur des hypothèses extrêmement prudentes, afin d’assurer la viabilité à long terme de l’installation au fil de l’évolution des techniques de traitement. Toutefois, la tendance récente vers des conditions de traitement plus complexes à plus faibles énergies complique la validation de la pertinence de la conception du blindage. Les titulaires de permis doivent soigneusement analyser l’incidence des techniques de radiothérapie (p. ex., RTMI) et des modes de fonctionnement (avec ou sans filtre égalisateur) utilisés, puis établir ou réviser les limites de charge de travail nominales et démontrer qu’elles demeurent conformes au principe ALARA avant leur dépassement.

Pour obtenir une copie du document correspondant au résumé, veuillez communiquer avec nous à cnsc.info.ccsn@cnsc-ccsn.gc.ca ou en composant le 613-995-5894 ou le 1-800-668-5284 (au Canada). Veuillez fournir le titre et la date du résumé.

Dernière mise à jour :