Expérience de l’équipement d’atténuation en cas d’urgence au Canada

Résumé du document technique/de l’exposé présenté à la :
40e Conférence annuelle de la SNC
Du 6 au 9 juin 2021

Préparé par : Jingyang Sun
Commission canadienne de sûreté nucléaire

Résumé

À la suite de l’accident de Fukushima Daiichi en 2011, le Canada s’est penché sur les améliorations pouvant être apportées en fonction des enseignements tirés de l’accident. Pour les centrales nucléaires existantes, des changements fondamentaux dans la conception ne sont normalement pas réalisables, et un certain nombre d’améliorations ont été apportées grâce à l’utilisation de ce que l’on appelle « l’équipement d’atténuation en cas d’urgence » (EAU). Des études antérieures ont montré qu’il était difficile de répondre aux exigences modernes en utilisant l’EAU. Par exemple, dans le cadre du processus d’autorisation des réacteurs CANDU au Canada et de l’analyse de la sûreté [1], m. Torabi (Ph.D.) a déclaré que « par conséquent, ils [les EAU] ont tendance à avoir une fiabilité beaucoup plus faible que le reste des systèmes de soutien en matière de sûreté de la centrale, et il n’y a pas d’exigence réglementaire pour effectuer des tests réguliers sur l’EAU ou en communiquer les résultats à l’organisme de réglementation ».

Ce document examine l’expérience canadienne en matière d’EAU, y compris la surveillance réglementaire, l’intégration de l’EAU dans les processus d’entretien et d’inspection, les procédures d’exploitation d’urgence et les lignes directrices pour la gestion des accidents graves. Nous y parlons également de la mesure dans laquelle ces équipements adaptés répondent aux exigences post-Fukushima pour les nouvelles centrales nucléaires.

Pour obtenir une copie du document correspondant au résumé, veuillez communiquer avec nous à cnsc.info.ccsn@cnsc-ccsn.gc.ca ou en composant le 613-995-5894 ou le 1-800-668-5284 (au Canada). Veuillez fournir le titre et la date du résumé.

Dernière mise à jour :