Atténuation du retrait d’un béton à ultra hautes performances soumis à différentes conditions de malaxage et de cure

Résumé de l’article soumis aux fins de publication dans la revue Materials
2021

Auteur(s) :
Cédric Androuët, Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN)
Jean-Philippe Charron, Polytechnique Montréal

Résumé

Les bétons à Ultra hautes performances (BFUP) sont des matériaux cimentaires avec un très faible rapport eau/liant qui présentent une résistance à la compression très élevée, une résistance à la traction et une ductilité élevées ainsi qu’une excellente durabilité, ce qui les rend très intéressants pour diverses applications du génie civil. Toutefois, l’un des désavantages des BFUP est leur retrait endogène plutôt important, provenant de leur très faible rapport eau/liant. Différentes solutions permettent de diminuer le retrait du BFUP, telles que l’utilisation de fibres (fibres métalliques, fibres de polypropylène, microfibres de wollastonite), d’adjuvants réducteurs de retrait (ARR), d’adjuvants expansifs (EA), de granulats légers saturés (GLS) et de polymères superabsorbants (PSA). D’autres facteurs liés aux conditions de cure, comme l’humidité et la température, influent également sur le retrait endogène du BUHP. Cet article vise à évaluer les effets de différents ARR, de différentes conditions de malaxage et de cure (températures de malaxage de faibles à moyennes, humidité relative de moyenne à élevée et immersion dans l’eau) ainsi que de différents délais de démarrage et durées de cure sur le retrait du BUHP. L’importance majeure des conditions de malaxage et de cure initiale a été démontrée clairement. Il a également été démontré que le retrait au jeune âge et à long terme du BUHP est réduit de plus de 20 % lorsque la température du BUHP frais est proche de 20 °C. De plus, la cure par immersion a permis de réduire radicalement le retrait, soit jusqu’à 65 % et 30 % au jeune âge et à long terme, respectivement, en comparaison avec une réduction de 20 % au jeune âge pour la cure par brumisation. Enfin, l’utilisation d’un ARR liquide à base de polyols a permis de réduire de 69 % et 63 % le retrait au jeune âge et à long terme, respectivement, alors que l’utilisation d’un ARR en poudre à base de polyols a permis une réduction de 47 % et 35 %, respectivement.

Pour obtenir une copie du document correspondant au résumé, veuillez communiquer avec nous à cnsc.info.ccsn@cnsc-ccsn.gc.ca ou en composant le 613 995 5894 ou le 1 800 668 5284 (au Canada). Veuillez fournir le titre et la date du résumé.

Dernière mise à jour :