Études sur la santé

La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) effectue et examine systématiquement des études sur la santé dans divers domaines associés à la production, à la possession ou à l'utilisation de substances nucléaires. L'information recueillie grâce à ces études guide les décisions de la CCSN touchant son cadre de réglementation.

Une partie du mandat de la CCSN consiste à fournir de l'information scientifique, technique et réglementaire objective au public sur les questions de santé et de sécurité liées au nucléaire. Voici un survol de ses travaux:

En savoir plus sur les effets biologiques du rayonnement

  • Fiche d’information : Effets de l’accident de Tchernobyl sur la santé (ACTUALISÉE) (Août 2018) L’accident survenu en 1986 à la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, a causé le plus grand rejet radioactif non contrôlé de l’histoire. Les conséquences de l’exposition au rayonnement pour la santé à la suite de l’accident ont souvent été mal comprises. En vue d’expliquer ces dernières, la CCSN a créé une fiche d’information inspirée du rapport intitulé Health effects due to radiation from the Chernobyl accident, publié en 2008 par le Comité scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR), et du livre blanc 2018 de l’UNSCEAR au sujet de l’évaluation de données sur le cancer de la thyroïde dans les régions touchées par l’accident de Tchernobyl, intitulé Evaluation of data on thyroid cancer in regions affected by the Chernobyl accident. Les conclusions de ces rapports reposent sur plus de 30 ans de suivis.
  • Exposition à des niveaux faibles de radon et risques de cancer des poumons : analyse conjointe des cohortes de travailleurs de mines d’uranium tchèques, françaises et de la mine Beaverlodge (Article) Il est bien établi que l’exposition à des niveaux élevés de radon augmente le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon. Les effets d’une faible exposition professionnelle et les facteurs qui faussent et modifient le risque ne sont pas clairs, mais sont nécessaires pour orienter la radioprotection actuelle des mineurs. Le risque de mortalité attribuable au cancer du poumon en présence d’une faible exposition professionnelle (<100 alpha-mois) a été évalué lors de l’analyse conjointe de cohortes de travailleurs de mines d’uranium tchèques, français et canadiens, employés en 1953 et au-delà.

Études sur la santé – sujets

Le personnel de la CCSN réalise des études sur la santé qui portent sur divers sujets, y compris le tritium, l'extraction et la concentration de l'uranium, les activités minières, les travailleurs du secteur de l'énergie nucléaire et la population générale. Ces études sont réalisées dans le but de pouvoir gérer efficacement les risques posés par le rayonnement et d'établir les limites réglementaires qui protégeront les travailleurs et le public contre le rayonnement ionisant.

Tritium

Port Hope

Travailleurs de mines d'uranium

Autres travailleurs de mines

Installations nucléaires canadiennes

Études sur la population générale

Ressources utiles

Pour aider ses lecteurs à comprendre ses rapports techniques, la CCSN a rassemblé diverses ressources. Ces ressources présentent les notions de base qui permettent de comprendre les différentes sortes d'études et les facteurs clés dont il faut tenir compte lorsqu'on les lit. Elles fournissent des informations de base sur des sujets comme le rayonnement et l'épidémiologie, et contiennent des explications sur la terminologie connexe.

Les concepts

Fiches d’information

Vidéos

Sujets d’intérêt et recherches pertinentes par des tiers

Le personnel de la CCSN examine systématiquement la documentation contenue dans les publications à comité de lecture ainsi que d'autres ouvrages pertinents non évalués par des pairs, afin que le cadre de réglementation soit renforcé par les informations les plus à jour. Des commentaires et des interprétations sont présentés sur des sujets donnés.

  • Le Comité scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR) a publié récemment un rapport en anglais intitulé Sources, effects and risks of ionizing radiation. Le Comité effectue périodiquement des examens et des évaluations de preuves découlant d’études épidémiologiques afin de déterminer les risques pour la santé qui découlent d’une exposition au rayonnement. Le rapport fait la synthèse des principes et des critères qui assurent la qualité des examens et des études épidémiologiques sur l’exposition au rayonnement, ainsi que des preuves découlant d’études épidémiologiques sur le risque du cancer associé aux doses de rayonnement à faible débit provenant de sources environnementales.
  • Publié par le Centre de recherche sur le cancer professionnel (CRCP), le rapport sur l’étude de la cohorte de mineurs d’uranium de l’Ontario (en anglais) constitue une mise à jour sur le taux de mortalité et l’incidence du cancer chez une cohorte de mineurs d’uranium de l’Ontario exposés à des produits de désintégration du radon.
  • Le programme de surveillance régionale d’Athabasca Est a publié un rapport intitulé Eastern Athabasca Regional Monitoring Program 2017/2018 Community Report (en anglais). Le rapport présente les résultats du programme de surveillance pour 2017-2018. Ce programme évalue la sûreté d’aliments traditionnels, comme l’eau, les petits fruits, le poisson, l’orignal et le caribou de la toundra dans sept collectivités du Nord de la Saskatchewan situées en aval d’installations d’extraction minière et de concentration d’uranium, dans la région d’Athabasca Est.
  • Le Service de santé pour la population du Nord de la Saskatchewan a publié deux rapports sur les indicateurs de la santé dans la région (en 2004 et en 2011). Il met à jour les chapitres concernant la surveillance de la santé et publie les plus récents résultats sur son site Web. Le personnel de la CCSN a créé une solide relation avec ce service de santé, axée sur la collaboration et la mise en commun de connaissances. Cliquez sur le lien suivant pour consulter les rapports (en anglais)
  • Anciens Combattants Canada a publié un rapport intitulé Uranium appauvri et anciens combattants canadiens : Bilan de l’exposition possible et de ses effets sur la santé. Le rapport examine les écrits scientifiques publiés sur les effets de l’uranium appauvri sur la santé, en fait la synthèse, évalue le poids de la preuve relative au lien de causalité et analyse l’information relative à l’éventuelle exposition des militaires canadiens à l’uranium appauvri.
  • Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a récemment publié un livret intitulé Radiation: Effects and Sources. Ce document tente de répondre à trois questions : Qu'est-ce que le rayonnement? Quel est son effet sur nous? Et d'où provient-il? Destiné au grand public, il est facile à comprendre et présente d'excellents graphiques pour aider le lecteur à mieux comprendre les notions fondamentales du rayonnement. Le livret reprend en grande partie d'anciens rapports du PNUE et présente l'information scientifique la plus à jour provenant du Comité scientifique des Nations Unies pour l'étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR).
  • Fiche d'information : Effets de l'accident de Tchernobyl sur la santé
    (Août 2018) L’accident survenu en 1986 à la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, a causé le plus grand rejet radioactif non contrôlé de l’histoire. Les conséquences de l’exposition au rayonnement sur la santé à la suite de l’accident sont souvent mal comprises. Afin de clarifier la question, la CCSN a publié une fiche d’information fondée sur le rapport au sujet des effets du rayonnement de l’accident de Tchernobyl sur la santé, publié en 2008 par le Comité scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR), et sur le livre blanc 2018 de l’UNSCEAR au sujet de l’évaluation de données sur le cancer de la thyroïde dans les régions touchées par l’accident de Tchernobyl. Ces rapports présentent des conclusions reposant sur environ 30 ans d’études de suivi.
  • Plusieurs études internationales publiées entre 1997 et 2014 portent sur les comprimés d'iodure de potassium (KI). Parmi les exemples les plus notables, signalons L'axe hypothalamo-hypophyso-thyroïdien chez les nourrissons et les enfants : protection contre les iodes radioactifs (en anglais seulement); Distribution de comprimés de KI pour minimiser l'exposition de la thyroïde au rayonnement en cas d'accident nucléaire en France (en anglais seulement); L'iodure de potassium pour le blocage thyroïdien en cas d'accident mettant en cause un réacteur : politiques administratives gouvernant son utilisation (en anglais seulement); et Gérer le terrorisme ou les erreurs accidentelles dans le secteur nucléaire, préparatifs en vue d'urgences mettant en cause l'iode 131 : examen exhaustif (en anglais seulement).

    Ces études font ressortir et décrivent les avantages de distribuer à l'avance des comprimés de KI aux citoyens qui vivent dans un rayon de 483 kilomètres (300 miles) d'une centrale nucléaire ainsi que la nécessité de prendre ces comprimés en temps opportun et correctement en cas d'accident nucléaire. Elles indiquent que ces mesures de prévention peuvent permettre de réduire considérablement l'accumulation d'iode radioactif dans la thyroïde et la dose reçue. Il s'agit d'une mesure essentielle puisque le cancer de la thyroïde (plus particulièrement chez les enfants et les nourrissons) est le cancer le plus recensé après un accident nucléaire. Ces études démontrent aussi la nécessité d'adopter des politiques administratives appropriées et d'accroître la recherche sur la prise de comprimés de KI chez les enfants et les nourrissons, et ce, dans le but de s'assurer de l'efficacité et de la sûreté de ces mesures.

  • Nouveau rapport sur l'industrie de l'uranium : Gestion des impacts de l'extraction de l'uranium sur l'environnement et la santé (en anglais seulement) (PDF). Lire le résumé détaillé : L'extraction d'uranium aujourd'hui : perceptions et réalités – Résumé détaillé [en français] (PDF) (source : Agence pour l'énergie nucléaire [AEN], organe spécialisé de l'Organisation de coopération et de développement économique)
  • L'Agence pour l'énergie nucléaire (AEN) a récemment publié ce rapport qui décrit objectivement pourquoi les pratiques modernes d'extraction minière de l'uranium sont les plus réglementées au monde et sont un des types d'exploitation minière les plus sûrs et écologiques. Le rapport confirme que les pratiques minières et la réglementation actuelles permettent de préserver la santé et la sécurité du public et des travailleurs ainsi que de protéger l'environnement. Il s'appuie sur des études de cas mettant en lumière le cadre de réglementation et les pratiques exemplaires qu'appliquent au Canada la Commission canadienne de sûreté nucléaire, les autorités provinciales et l'industrie de l'uranium pendant tout le cycle de vie d'une mine.
  • Nouvelle étude sur la leucémie : Cas de leucémie chez les jeunes enfants nés ou habitant près des centrales nucléaires britanniques : une étude cas-témoin (en anglais seulement) (source : British Journal of Cancer)

    Selon une récente étude cas-témoin britannique, il n'y a aucun risque accru de leucémie infantile ou de lymphome non hodgkinien chez les jeunes enfants nés ou habitant près d'une centrale nucléaire entre 1962 et 2007. L'étude a été menée par des chercheurs du Childhood Cancer Research Group à Oxford (Angleterre) et publiée dans le numéro de septembre 2013 du British Journal of Cancer. Les résultats permettent de tirer les mêmes conclusions que celles de l'étude de la CCSN sur le cancer publiée récemment.

  • Nouvelle étude sur le tritium : Estimation du risque de cancer lié à l'exposition au tritium dans le cadre des activités courantes de la centrale nucléaire de Pickering (Ontario) (source : Maladies chroniques et blessures au Canada).

    Une récente étude menée par Action Cancer Ontario et publiée dans le numéro de septembre 2013 de la revue scientifique Maladies chroniques et blessures au Canada a permis de confirmer que le tritium n'est pas associé à un risque accru de cancers radiosensibles à Pickering (Ontario). Cette étude est importante, puisqu'elle isole les données sur les doses de tritium. Dans la plupart des études, les données sur le tritium sont combinées aux données sur l'exposition à tous les autres types de rayonnement. Cette étude nous aide à mieux comprendre le cancer et l'exposition à de faibles niveaux de tritium.

Dernière mise à jour :