REGDOC-3.6, Glossaire de la CCSN - Glossaire - M


MAF (RCM)

Voir maintenance axée sur la fiabilité.

maladie ou blessure grave (serious illness or injury)

Dans le domaine des rapports à soumettre, une maladie ou une blessure grave qui serait ou pourrait être le résultat d’une activité autorisée. Le terme comprend une blessure ou une maladie résultant en une perte de temps ou des journées de travail perdues autres que la journée de l’accident et de l’une ou l’autre des conditions suivantes :

  • entraîne une hospitalisation
  • met la vie en danger
  • rend inconscient
  • cause une importante perte de sang
  • comprend une fracture du bras ou de la jambe (mais non d’un doigt ou d’un orteil)
  • conduit à l’amputation d’une jambe, d’un bras, d’une main ou d’un pied (mais non d’un doigt ou d’un orteil)
  • est constituée de brûlures sur une grande partie du corps
  • rend aveugle d’un œil
  • entraîne la paralysie
  • conduit à une déficience auditive permanente

Remarque : « possiblement subie » désigne la cause de l’accident et non la possibilité de l’accident. Un décès ne fait pas partie des blessures graves.

mandataire du demandeur (applicant authority)

Voir responsable de la demande.

manœuvre d’urgence (emergency drill)

Instruction supervisée visant à mettre à l’essai, à acquérir, à maintenir et à pratiquer les habiletés requises au cours d’une activité donnée d’intervention d’urgence.

marge de sûreté (safety margin)

Marge attribuée à la valeur d’une variable de sûreté d’une barrière ou d’un système, à laquelle des dommages ou des pertes pourraient se produire. Des marges de sûreté sont prises en compte pour les systèmes et barrières dont la défaillance est susceptible de contribuer à des rejets radiologiques.

marquage de tuyaux de sondage (borehole tube tagging)

Utilisation sous terre de substances nucléaires, par elles‑mêmes ou dans de l’équipement, pour déterminer la profondeur ou l’orientation des trous de forage. L’expression correspond à un type d’utilisation dans un permis.

masse à vide (tare weight)

Masse d’un contenant ou d’un matériel d’emballage, ou les deux, sans celle des matières contenues.

matière brute (source material)

Matières brutes suivantes sous toute forme, notamment de minerai, de concentrés, de composés, de métal ou d'alliage, ou qui sont contenues dans toute substance, autre que des substances médicinales, dans laquelle la concentration de matière brute est supérieure à 0,05 % en poids :

  1. uranium qui contient le mélange d'isotopes présents dans la nature ;
  2. uranium appauvri en uranium 235 ;
  3. thorium.

Remarque : [Cette liste] ne vise pas :

  1. les matières brutes se présentant sous la forme de contaminants dans la lessive, les emballages, le blindage ou l'équipement ;
  2. l'uranium appauvri utilisé comme blindage pour tout équipement réglementé de catégorie II au sens du Règlement sur les installations nucléaires et l'équipement réglementé de catégorie II, pour les appareils de rayonnement ou pour les emballages utilisés dans le transport.

(Source : Règlement sur le contrôle de l'importation et de l'exportation aux fins de la non-prolifération nucléaire)

Remarque : Le concentré de minerai est considéré comme une matière brute. Dans le contexte de la comptabilisation des matières nucléaires, le terme matière brute n'est pas interprété comme s'appliquant au minerai ou aux résidus de minerai.

matière en vrac (bulk form)

Un liquide, un gaz, de la poudre, des pastilles ou des boulets qui, en raison de leur confinement, n’est pas identifiable individuellement aux fins de comptabilisation et qui peuvent être conservés dans une cuve réservoir, un fût, un réservoir portatif ou une boîte.

matière exemptée (exempted material)

En ce qui a trait à l’emballage et au transport des substances nucléaires, substance nucléaire qui a une concentration d’activité ne dépassant pas la valeur pour une matière exemptée spécifiée aux paragraphes 401 à 406 du Règlement de l’AIEA.

OU

En ce qui a trait à la comptabilisation des matières nucléaires, toute matière nucléaire initialement classée dans le groupe 1A qui a reçu une classification temporaire dans le groupe 1B. La matière demeure dans le groupe 1B jusqu’à ce qu’elle soit reclassée dans le groupe 1A. Une matière peut être exemptée sur la base d’une utilisation non nucléaire ou d’une quantité inférieure à 1 kilogramme effectif.

matière fertile (fertile material)

Matière nucléaire qui peut être convertie en un produit fissile spécial par la capture d’un neutron par noyau. Il existe deux matières fertiles naturelles : l’uranium 238 et le thorium 232. Par la capture de neutrons suivie de deux désintégrations bêta, ces matières fertiles sont converties respectivement en plutonium 239 fissile et en uranium 233 fissile.

matière fissile (fissile material)

S’entend au sens du Règlement de l’AIEA.

(Source : Règlement sur l’emballage et le transport des substances nucléaires [2015])

Remarque : Cette définition ne vise que l’emballage et le transport des substances nucléaires.

OU

Matière capable de soutenir une réaction en chaîne neutronique thermique. Remarque : Cette définition ne s’applique pas à l’emballage et au transport de substances nucléaires.

OU

En ce qui a trait à la sûreté-criticité nucléaire, matière, autre que l’uranium naturel, capable de soutenir une réaction en chaîne neutronique thermique.

matière fissionnable (fissionable material)

Toute matière pouvant subir une fission nucléaire.

matière LSA (LSA material)

S’entend de matières de faible activité spécifique (LSA) au sens du Règlement de l’AIEA.

(Source : Règlement sur l’emballage et le transport des substances nucléaires [2015])

matières non visées par les garanties (non-safeguarded material)

Matières brutes ou produits fissiles spéciaux visés par les garanties de l’AIEA (Accord INFCIRC/164), mais qui n’ont pas atteint le stade du cycle du combustible nucléaire, comme le décrit l’article 34(c) de l’Accord.

matières nucléaires (nuclear material)

En ce qui concerne les garanties, plutonium 239, uranium 233, uranium enrichi en isotopes de 235 ou 233, uranium contenant le mélange naturel d’isotopes, uranium appauvri en isotopes 235, et thorium. Le terme « matières nucléaires » ne s’applique pas à l’uranium ou au thorium dans du minerai, des résidus de minerai ou d’autres matières naturelles.

matière nucléaire de catégorie I (Category I nuclear material)

Substance nucléaire visée à la colonne 1 de l’annexe 1 dont la forme et la quantité correspondent à celles prévues respectivement aux colonnes 2 et 3 de l’annexe 1.

(Source : Règlement sur la sécurité nucléaire)

Remarque : Utiliser les chiffres romains. Noter aussi que les catégories de matières nucléaires ne veulent pas dire la même chose que les catégories de sources (voir source de catégorie I).

matière nucléaire de catégorie II (Category II nuclear material)

Substance nucléaire visée à la colonne 1 de l’annexe 1 dont la forme et la quantité correspondent à celles prévues respectivement aux colonnes 2 et 4 de l’annexe 1.

(Source : Règlement sur la sécurité nucléaire)

Remarque : Utiliser les chiffres romains. Noter aussi que les catégories de matières nucléaires ne veulent pas dire la même chose que les catégories de sources (voir source de catégorie II).

matière nucléaire de catégorie III (Category III nuclear material)

Substance nucléaire visée à la colonne 1 de l’annexe 1 dont la forme et la quantité correspondent à celles prévues respectivement aux colonnes 2 et 5 de l’annexe 1.

(Source : Règlement sur la sécurité nucléaire)

Remarque : Utiliser les chiffres romains. Noter aussi que les catégories de matières nucléaires ne veulent pas dire la même chose que les catégories de sources (voir source de catégorie III).

matières nucléaires du groupe 1 (Group 1 nuclear material)

Voir matières nucléaires visées par les garanties.

matières nucléaires visées par les garanties (safeguarded nuclear material)

Matières brutes et produits fissibles spéciaux visés par les garanties de l’AIEA (accord relatif aux garanties entre le Canada et l’AIEA (INFCIRC/164), arrangements subsidiaires et Protocole additionnel INFCIRC/164/Add 1) qui ont atteint le stade du cycle du combustible tel que décrit à l’alinéa 34c) et sont aptes à la fabrication de combustible ou d’enrichissement isotopique.

Remarque : Les matières nucléaires qui ont atteint ou dépassé le stade du cycle de fabrication du combustible sont soumises à toutes les procédures relatives aux garanties énoncées dans l’accord relatif aux garanties. Au Canada, elles sont aussi appelées matières nucléaires du groupe 1.

matière radioactive (radioactive material)

Substance nucléaire qui est une matière au sens du Règlement de l’AIEA.

(Source : Règlement sur l’emballage et le transport des substances nucléaires [2015])

Remarque : Le Règlement de l’AIEA définit une matière radioactive comme suit : toute matière contenant des radionucléides pour laquelle à la fois l’activité volumique et l’activité totale dans l’envoi dépassent les valeurs indiquées dans le Règlement de l’AIEA.

OU

Aux fins de la sécurité nucléaire, toute matière émettant un ou plusieurs types de rayonnement ionisant, tels que les particules alpha ou bêta, les neutrons et les rayons gamma.

matière radioactive faiblement dispersable (MRFD) (low dispersible radioactive material [LDRM])

S’entend au sens du Règlement de l’AIEA.

(Source : Règlement sur l’emballage et le transport des substances nucléaires [2015])

matière radioactive fissile exceptée (fissile-excepted radioactive material)

Matière radioactive fissile qui est :

  1. soit exceptée de la classification fissile, conformément au Règlement de l’AIEA;
  2. soit contenue dans un colis qui est excepté de la classification fissile, conformément au même règlement.

(Source : Règlement sur l’emballage et le transport des substances nucléaires [2015])

matière radioactive sous forme spéciale (special form radioactive material)

S’entend au sens du Règlement de l’AIEA.

(Source : Règlement sur l’emballage et le transport des substances nucléaires [2015])

Remarque : S’entend d’une matière radioactive solide non dispersable ou d’une capsule scellée contenant une matière radioactive conforme aux exigences énoncées dans le Règlement de l’AIEA et pour laquelle un certificat d’agrément a été émis par une autorité compétente.

mauvaise connexion (misconnect)

Pour les appareils d’exposition,état dans lequel se trouve la télécommande lorsqu’elle est fixée au projecteur sans que le câble de commande soit fixé à l’assemblage de source scellée.

MBq (MBq)

mégabecquerel (soit 106 becquerels); voir becquerel.

MCP (LCH)

manuel des conditions de permis

ME (MRO)

Voir médecin examinateur.

mécanisme à manivelle (cranking mechanism)

Voir télécommande.

mécanisme de commande (drive mechanism, control mechanism)

Voir télécommande.

mécanisme de vieillissement (aging mechanism)

Processus particulier qui change graduellement les caractéristiques d’une structure, d’un système ou d’un composant (SSC) en fonction du temps ou de l’utilisation. La fragilisation par la chaleur ou les rayonnements, la corrosion, la fatigue, le fluage, et l’érosion en sont des exemples.

médecin examinateur [ME] (medical review officer [MRO])

En ce qui concerne l’aptitude au travail, médecin autorisé et détenteur d’un certificat de spécialiste en tant que médecin examinateur, responsable de la réception et de l’analyse des résultats de tests de laboratoire obtenus dans le cadre du programme de dépistage de drogues d’un employeur ainsi que de l’évaluation des explications médicales de certains résultats de tests de dépistage de drogues.

médecine nucléaire diagnostique (diagnostic nuclear medicine)

Administration de sources non scellées (substances nucléaires) à un patient à des fins diagnostiques liées à des soins de santé. La médecine nucléaire diagnostique comprend le traitement de produits radiopharmaceutiques et les analyses de laboratoire qui font partie des études diagnostiques.

médecine nucléaire thérapeutique (therapeutic nuclear medicine)

Administration de sources non scellées (substances nucléaires) à une personne à des fins thérapeutiques qui sont déterminées à partir de l’état de santé du patient. La médecine nucléaire thérapeutique comprend aussi le traitement de produits radiopharmaceutiques et les analyses de laboratoire faisant partie de la thérapie.

mégabecquerel (megabecquerel)

106 becquerels; voir becquerel.

meilleure estimation (best estimate)

En ce qui a trait aux systèmes de sûreté, estimation impartiale obtenue en recourant à un modèle mathématique, une méthode de calcul ou des données afin de prédire de façon réaliste un comportement et des paramètres importants.

meilleures techniques existantes d’application rentable (MTEAR) (best available technology and techniques economically achievable [BATEA])

Normes minimales de performance en matière de prévention de la pollution pour le contrôle des rejets (effluents ou émissions) dans l’environnement, dont l’application a été démontrée dans un secteur industriel donné et qui sont donc économiquement réalisables pour l’ensemble de ce secteur industriel. Le principe des MTEAR tient compte des technologies et des techniques de traitement utilisées pour atteindre le contrôle recherché. Ces technologies et techniques tiennent aussi compte de la façon dont l’installation est conçue, construite, exploitée et déclassée.

Remarque : La méthode MTEAR peut changer au fil du temps, à mesure que les technologies et les techniques sont peaufinées. Comme pratique exemplaire, il est conseillé de revoir les MTEAR régulièrement.

menace hors dimensionnement (MHD) (beyond-design-basis threat [BDBT])

Menace plus grave qu’une menace de référence qui pourrait entraîner une détérioration structurale et une dégradation du confinement.

menace de référence (design-basis threat [DBT])

Menace correspondant aux caractéristiques des agresseurs potentiels en fonction desquelles des contre-mesures sont intégrées à la conception et à l’évaluation du système de protection physique.

(Source : Règlement sur la sécurité nucléaire)

menace interne(insider threat)

Personne ayant un accès autorisé à une installation nucléaire ou à un moyen de transport qui pourrait tenter d’enlever sans autorisation ou de saboter des matières nucléaires, ou qui pourrait aider des étrangers à exécuter de tels actes.

mesures d’atténuation (mitigation measures)

Mesures visant à éliminer, réduire ou limiter les effets négatifs d’une activité, d’une substance, d’un équipement ou d’une installation autorisés. Elles peuvent comprendre les mesures de réparation de tout dommage causé par ces effets, notamment par remplacement, restauration ou indemnisation.

mesures correctives (corrective action)

Mesures prises pour enrayer la cause d’une non-conformité ou toute autre situation indésirable pour éviter qu’elle se reproduise. Voir aussi gestion adaptative.

mesures de gestion (management measures)

Dans le domaine de la sûreté-criticité nucléaire, fonctions remplies par le titulaire du permis, généralement de façon continue, aux contrôles de sûreté-criticité dans le but d’assurer la disponibilité et la fiabilité des contrôles à accomplir leurs fonctions lorsque requis. Les mesures de gestion incluent la gestion de la configuration, l’entretien, la formation, les procédures, les audits et les évaluations, l’investigation des incidents, la gestion des dossiers et d’autres éléments d’assurance de la qualité.

mesure de protection physique (physical protection measure)

Élément ou combinaison d’éléments en place dans une installation nucléaire et visant à assurer la protection de celle-ci – ou celle des substances nucléaires qui s’y trouvent – contre les agresseurs potentiels.

(Source : Règlement sur la sécurité nucléaire)

Remarque : Les mesures de protection physique s’appliquent aussi pendant le transport de substances nucléaires.

mesures d’importance (importance measures)

Dans le contexte des études probabilistes de sûreté (EPS), indicateurs de l’importance d’un événement ou d’un groupe d’événements, notamment :

  • la mesure d’importance de Fussell-Vesely (FV) : Contribution fractionnelle d’un événement de base précis aux résultats de l’EPS. Elle inclut toutes les séquences d’accident dans lequel cet événement de base intervient
  • le rapport d’augmentation du risque (RAR) ou Risk Achievement Worth (RAW) : Facteur d’augmentation des résultats de l’EPS si l’on suppose que l’événement de base se produit (probabilité de défaillance = 1,0)
  • le rapport de réduction du risque (RRR) ou Risk Reduction Worth (RRW) : Facteur de réduction des résultats de l’EPS si l’on suppose qu’il est improbable que l’événement de base se produise (probabilité de défaillance = 0,0)
mesure d’importance de Fussell-Vesely (FV) (Fussell-Vesely [FV] importance)

Voir mesures d’importance.

méthode de calcul (calculational method)

Procédures de calcul – équations mathématiques, approximations, hypothèses, paramètres numériques connexes (p. ex. sections efficaces) – qui produisent les résultats calculés.

méthode de Kusnetz modifiée (modified Kusnetz method)

Méthode retenue pour déterminer et exprimer, en énergie alpha latente, la concentration atmosphérique des produits de filiation du radon. Cette méthode exige l’utilisation d’un compteur muni d’une échelle de comptage électronique des particules alpha émises.

méthode de la meilleure estimation (best estimate method)

Méthode conçue pour donner des résultats réalistes.

méthode de la meilleure estimation et des incertitudes (BEAU) (best estimate and uncertainty [BEAU] method)

Analyse fondée sur des conditions initiales et des conditions frontières plus réalistes, où toutes les incertitudes (associées aux hypothèses, à la modélisation et à la programmation) sont définies à un niveau de confiance élevé.

méthode graduelle (graded approach)

Méthode ou processus selon lequel les éléments tels que le niveau d’analyse, l’ampleur de la documentation et la portée des mesures nécessaires pour se conformer aux exigences sont proportionnés :

  • aux risques relatifs pour la santé, la sûreté, la sécurité, l’environnement et la mise en œuvre des obligations internationales que le Canada a assumées
  • aux caractéristiques particulières d’une installation nucléaire ou d’une activité autorisée

Aussi appelé méthode graduée.

méthode principale de contrôle de la criticité (primary method of criticality control)

Paramètre de contrôle sur lequel on compte pour assurer le maintien de conditions sous‑critiques.

méthode prudente (conservative method)

Méthode menant nécessairement à des résultats qui se veulent limitatifs relativement à des critères d’acceptation spécifiques.

Métis (Métis)

Voirpeuples autochtones du Canada.

MeV (MeV)

mégaélectronvolt

MHD (BDBT)

Voir menace hors dimensionnement.

microsievert (µSv) (microsievert [µSv])

Un millionième de sievert (voir sievert).

millisievert (mSv) (millisievert [mSv])

Un millième de sievert (voir sievert).

mine (mine)

Site d’excavation et site d’extraction.

(Source : Règlement sur les mines et les usines de concentration d’uranium)

Remarque : Une mine comprend ces deux sites.

minerai (ore)

Agrégat minéral ou chimique contenant de l’uranium dont la quantité et la qualité sont suffisantes pour que soient rentables l’exploitation et l’extraction de l’uranium.

(Source : Règlement sur les mines et les usines de concentration d’uranium)

Remarque : Le minerai peut aussi comprendre le thorium.

ministre (Minister)

Le ministre des Ressources naturelles ou le membre du Conseil privé de la Reine pour le Canada que le gouverneur en conseil désigne à titre de ministre chargé de l’application de la présente loi.

(Source : Loi sur la sûreté et la réglementation nucléaires)

mise en service (commissioning)

En ce qui concerne une installation dotée de réacteurs, processus visant à démontrer que les structures, systèmes et composants (SSC) installés fonctionnent conformément à leurs spécifications avant la mise en service de l’installation ou avant la mise ou la remise en service des SSC.

MRM (MMR)

microréacteur modulaire; voir installation dotée de réacteurs

mode d’exploitation (operational mode)

Dans les installations dotées de réacteurs, le mode d’exploitation peut comprendre le démarrage, l’exploitation à différentes puissances, la mise à l’arrêt, l’arrêt, l’entretien, les essais et le rechargement de combustible.

modèle de biocinétique (biokinetic model)

Description mathématique du comportement des radionucléides dans les réactions métaboliques qui se produisent dans les cellules, les tissus, les organes et les organismes. On utilise surtout ce terme pour décrire la répartition des radionucléides dans les tissus et leur excrétion.

modérateur (moderator)

Matière utilisée pour ralentir ou « modérer » les neutrons produits par le combustible nucléaire. Le modérateur réduit l’énergie neutronique par diffusion sans capture appréciable. Les matières qui présentent un intérêt crucial sont celles qui contiennent des noyaux légers présentant de grandes sections efficaces de diffusion et des sections efficaces d’absorption relativement faibles.

modérateur fixe (fixed moderator)

Modérateur présentant une relation géométrique établie par rapport aux emplacements occupés par l’absorbeur de neutrons fixe et la matière fissile.

modération (moderation)

Processus de diminution de l’énergie neutronique par collisions successives avec des noyaux modérateurs sans capture appréciable.

modification (change)

Toute modification des renseignements dosimétriques, y compris une hausse ou une baisse de la valeur de dose attribuée, déposés dans le Fichier dosimétrique national (FDN). En règle générale, les modifications apportées aux périodes de port du dosimètre ne constituent pas une modification aux renseignements dosimétriques.

morts-terrains (overburden)

Dans le domaine de l’extraction minière, il s’agit généralement de la matière qui recouvre le gisement de minerai, c’est­à­dire la roche, le sol et les autres matières non consolidées (meubles), commes les dépôts glaciaires, le sable et les sédiments.

moyen de transport (conveyance)

S’entend au sens du Règlement de l’AIEA.

(Source : Règlement sur l’emballage et le transport des substances nucléaires [2015])

MPF (FAI)

mesure à prendre suite à l’accident de Fukushima

MR (DBT)

Voir menace de référence.

MRFD (LDRM)

Voir matière radioactive faiblement dispersable.

MSD (DSP)

médecin superviseur désigné

MTEAR (BATEA)

Voir meilleures techniques existantes d’application rentable.

multiplication des neutrons (neutron multiplication)

Procédé dans lequel un neutron produit en moyenne plus d’un neutron dans un médium contenant une matière fissile.

Dernière mise à jour :